Traduction et localisation

On confond souvent les termes traduction et localisation. Dans cet article, nous allons tenter de les définir précisément et d’expliquer la raison de cette confusion.

Définition officielle de chaque terme

Il existe bien sûr des définitions officielles pour « traduction » et « localisation ».

Le dictionnaire Larousse définit la localisation comme l’« adaptation d’un produit, d’une activité productrice ou commerciale à une zone géographique, en fonction de divers facteurs naturels, techniques, économiques, culturels et sociaux[1] » . Quant à la traduction, c’est l’« énonciation dans une autre langue (ou langue cible) de ce qui a été énoncé dans une langue (la langue source), en conservant les équivalences sémantiques et stylistiques[2] ».

D’après ces définitions, on peut déjà constater que ces deux mots ont des sens différents. On remarque, par exemple, qu’on ne mentionne pas le langage, ni même le contenu, le texte ou les mots pour la localisation. Par contre, la traduction est limitée à une langue vers l’autre, on ne retrouve pas les mots local ou global dans la définition.

La localisation ne concerne pas (que) la langue

Vous êtes en train de créer une affiche pour votre communauté locale afin de promouvoir un club de sport local sur le terrain de sport local. Votre public cible est composé de gens intéressés par le sport. Votre affiche contient des éléments informatifs, la date, l’heure et le lieu des entraînements. Supposons que l’affiche soit écrite en anglais.

Si vous proposez la même chose dans la ville voisine, vous devrez localiser l’affiche. C’est-à-dire garder la même langue et les mêmes éléments informatifs. Cependant, vous devrez remplacer la date, l’heure et le lieu, à savoir le nouveau terrain de sport de cette ville voisine.

C’est de la localisation : vous avez localisé l’affiche en l’adaptant au nouveau public cible. Vous avez gardé toutes les informations pertinentes à propos du service (séances de sport) et la même langue. Par contre, vous avez modifié les éléments concernant cette communauté locale : la date, l’heure et le lieu. Supposons que vous vouliez proposer les mêmes séances d’exercice au Royaume-Uni et aux États-Unis. Le programme reste le même, la langue aussi. Comme précédemment, vous devez changer la date, l’heure et le lieu de chaque séance. Cependant, vous les proposez maintenant dans deux zones qui n’utilisent pas le même format pour les dates.

Vous devrez donc localiser ce format en fonction du pays (USA : mm/jj/aaaa, RU : jj/mm/aaaa).

Un professionnel de la localisation est capable de rendre toutes les informations d’une affiche pour différentes villes, quel que soit le pays. Il sait que d’autres pays utilisent des formats différents pour les dates et qu’il doit donc adapter les informations en fonction.

Par contre, que faire si vous voulez vous mondialiser et proposer les mêmes séances de sport en Italie ou en Allemagne ? Ne serait-il pas temps de changer la langue de présentation pour vous adresser à votre public cible ?

La traduction concerne la langue

Dans notre monde si global, il est de plus en plus courant que des compagnies proposent des produits et services dans des régions qui n’utilisent pas la même langue. Le commerce mondial est en expansion et les marchés cibles dépassent souvent les frontières géographiques. Dans ce cas, vous devrez avoir recours à la traduction, afin de localiser efficacement vos produits ou services.

Imaginons que vous soyez prêt à lancer des séances d’exercice en Italie. Pour rappel, votre affiche comprend les éléments suivants :

  • Informations décrivant les séances d’exercice
  • Date de la prochaine session
  • Heure de la prochaine session
  • Lieu de la prochaine session
  • Graphisme de l’arrière-plan

Comme précédemment, le lieu des sessions changera évidemment dans chaque ville. La date doit être indiquée dans le bon format (jj/mm/aaaa). Comme dans la plupart des pays du continent Européen, vous devrez aussi changer le format de l’heure en système horaire sur 24 heures. Enfin, les informations devront être traduites de façon à être comprises par ceux qui voudraient assister aux sessions en Italie.

Il paraît maintenant évident que la traduction fait partie des outils de localisation. Tout comme nous avons adapté le format des dates selon le pays cible, nous devons maintenant modifier le format de l’heure et la langue.

La localisation n’est pas de la traduction

Soyons donc clairs, localisation et traduction ne sont certainement pas synonymes. 

La localisation est le processus qui rend un contenu local aux yeux du destinataire. Ce qui ne nécessite pas forcément un changement de langue.

Par contre, la traduction est un outil de localisation. Pour donner un caractère local à un contenu destiné à un marché cible différent et qui parle une autre langue, la traduction est nécessaire afin d’adapter le contenu en fonction des critères de ce marché.

Pourquoi la localisation est-elle importante ?

En pensant que le monde entier perçoit un certain message de la même façon que vous, vous risquez de faire des erreurs pouvant détruire votre réputation. Il y a malheureusement beaucoup d’exemples de compagnies qui oublient de tester correctement leurs produits et services auprès de leurs marchés cibles et qui vont droit dans le mur.

L’exemple basique sur le sport donné ci-dessus ne représente qu’une petite partie de ce que peut impliquer la localisation. Beaucoup de facteurs peuvent avoir besoin d’être adaptés pour réussir à percer dans un nouveau marché. C’est pourquoi il est intéressant de demander un avis professionnel.

Par exemple, en Europe les entreprises de lessive ont l’habitude de localiser l’offre et le marketing de leurs produits en fonction de chaque région :

Les Européens du sud lavent traditionnellement leur linge à des températures plus basses que ceux du nord. Ils préfèrent les détergents moins puissants, souvent combinés avec de l’eau de javel. Les Européens du nord aiment les détergents puissants et n’apprécient généralement pas d’avoir de l’eau de javel dans leur lessive. Les préférences d’emballage varient aussi. Au nord de l’Europe, on préfère les produits compacts, et au sud les grandes boîtes.

Pourquoi la traduction est-elle importante ?

L’anglais est souvent considéré comme la langue universelle, surtout dans le commerce international. Bien que ce soit en partie vrai (20 % de la population, soit 1,5 milliard de personnes, parlent plus ou moins bien l’anglais), les chiffres prouvent que les gens ont tendance à dépenser plus lorsqu’un produit ou service leur est présenté dans leur propre langue.

Selon une enquête de l’Union Européenne, 94 % des Néerlandais affirment parler une langue étrangère en plus de leur langue maternelle, et 90 % disent parler anglais assez bien pour entretenir une conversation.

Cependant, plus de la moitié des personnes interrogées (52,4 %) dans une autre enquête ont répondu qu’elles n’achètent que sur des sites internet où les renseignements sont donnés dans leur langue.

Plus un produit est cher, plus les gens veulent être informés dans leur propre langue. 85,3 % pour les services financiers contre 45,8 % pour les vêtements.

D’autres pays ne peuvent pas se vanter d’avoir autant d’anglophones. En ne traduisant pas efficacement, on perd une grande partie du marché mondial.

Alors pourquoi confond-on ces deux termes, et en particulier dans le milieu de la technologie ?

Dans le milieu des start-up technologiques et du développement de logiciels, on confond fréquemment les termes localisation et traduction. En effet, beaucoup de kits de développement logiciel parlent d’« internationalisation » pour la localisation et de « localisation » pour la traduction, ce qui est déconcertant.

Voilà pourquoi l’on rencontre souvent des entreprises utilisant ces termes comme des synonymes. Pour répondre aux attentes des développeurs, certaines agences de traduction et de localisation vont utiliser les termes localisation, internationalisation et globalisation pour parler de la traduction.

Ces agences s’efforcent d’adapter leur vocabulaire à celui de leurs clients. Cependant, chez skriptó, nous pensons que cela fait perdre leur vrai sens à ces mots.

De quoi avez-vous besoin : traduction ou localisation ?

Maintenant, vous vous demandez peut-être duquel de ces deux services vous avez besoin pour vous mondialiser. Faut-il traduire, localiser ou les deux à la fois ?

Cela dépend de votre projet. Voici quelques questions que vous pouvez vous poser avant de passer à l’international :

  • Proposez-vous vos produits et services dans différents endroits ?
  • Ceux-ci se trouvent-ils dans des régions culturelles et/ou linguistiques différentes de la vôtre ?
  • Votre marché cible utilise-t-il une autre langue dans le cadre de votre secteur ?
  • Vous n’êtes pas certain que les formats de dates et heures, les couleurs ou graphismes présents sur vos produits et services sont adaptés pour le pays cible ?
  • La manière dont les gens vivant là-bas percevront vos produits ou services vous préoccupe ?

Si votre réponse à la plupart de ces questions est « oui », vous devriez probablement considérer le recours à des services de localisation plutôt que de traduction. Bien sûr, si votre marché cible parle une autre langue, le processus de localisation comprendra de la traduction.

En résumé, traduction et localisation ne sont pas bonnet blanc et blanc bonnet ; la localisation peut inclure de la traduction.

Si vous avez encore des doutes et n’êtes pas sûr de vous en ce qui concerne la globalisation, n’hésitez pas à envoyer un e-mail à pierre.duquesne@skripto.eu. Nous vous prêterons main forte à l’aide de nos services internationaux de traduction et de localisation.


[1] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/localisation/47591?q=localisation#47516

[2] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/traduction/78911?q=traduction#77961