La localisation de jeux vidéo : un défi pour le secteur

Jouer aux jeux vidéo est un passe-temps apprécié par de nombreuses personnes partout dans le monde, surtout par les jeunes. D’après un sondage publié au début de l’année 2020, les Allemands font partie des plus gros consommateurs de jeux vidéo. Des neuf pays participants, l’Allemagne arrive même en tête de liste avec une population jouant en moyenne 6,92 heures. Fait surprenant, ce sondage révèle que la Corée du Sud, pays pourtant connu pour ses structures e-sport et ses joueurs professionnels, ne compte pas les gamers les plus assidus avec une moyenne de 5,04 heures. Les 4500 participants étant tous âgés de plus de dix-huit ans, ce sondage n’est sans doute pas vraiment représentatif de la réalité. Toutefois, si l’on prend en compte l’ensemble de la population des pays et que l’on part du principe que les  plus de 40 ans y consacrent beaucoup moins de temps que les plus jeunes générations, alors il apparaît clairement que jouer aux jeux vidéo est un passe-temps apprécié, quel que soit le pays d’origine du joueur. D’ailleurs, la tendance prend aujourd’hui de plus en plus d’ampleur, d’autant que les jeux vidéo sont maintenant devenus plus facilement accessibles grâce à des plateformes comme Steam. En règle générale, leur sortie est simultanée dans de nombreux pays. On comprend donc que les développeurs de jeux vidéo se retrouvent face à un défi de taille : la traduction de jeux vidéo et par conséquent, leur localisation. Voyons de quoi il s’agit plus précisément.

La localisation de jeux vidéo – de quoi s’agit-il ?

La localisation d’un jeu englobe plusieurs facteurs. Dans certaines régions du monde, des scènes d’un jeu doivent être modifiées, voire coupées , afin de correspondre aux critères du marché dans lequel il sera distribué. Ainsi, de nombreux pays arabophones considèrent que montrer de la peau nue pose problème. D’autres pays comme le Japon et l’Allemagne ont, quant à eux, des règles strictes en ce qui concerne la représentation à l’écran de scènes violentes et sanglantes. Le travail de localisation est parfois tel qu’il est nécessaire de modifier des vêtements ou des objets inconnus dans certains pays. Les plats locaux sont d’ailleurs souvent adaptés au marché. Par exemple, bien que tout le monde sache probablement aujourd’hui ce que sont les ramens, ces derniers étaient auparavant souvent remplacés par des hamburgers afin de satisfaire au marché américain. La localisation au niveau de la langue s’avère tout aussi indispensable et représente d’ailleurs la majeure partie du travail de localisation. Outre les expressions idiomatiques et les jeux de mots qui ne fonctionnent que dans la langue source, il faut aussi prendre en compte les spécificités culturelles et les adapter le plus subtilement possible sans perdre l’intention d’origine pour autant. À terme, le but n’est pas d’obtenir la traduction la plus proche possible du texte original, mais plutôt de la concevoir de sorte que l’expérience de jeu reste cohérente et distrayante pour le marché cible. Ainsi, une localisation est optimale lorsque les joueurs ne remarquent absolument pas que le jeu vient d’un studio étranger.

La localisation de jeux vidéo implique énormément de travail en amont

Évidemment, tous les types de jeux n’ont pas les mêmes exigences. Les simples jeux mobiles nécessitent bien moins d’effort lors de l’étape de localisation, il suffit en général de simplement d’adapter la taille des boîtes de dialogue. Comme celles des textes en allemand, par exemple, qui est souvent bien plus long que l’anglais. En revanche, pour des jeux plus complexes, la localisation est une tâche gigantesque qui débute la plupart du temps dès la première phase de développement du jeu. Il faut aussi garder à l’esprit que la localisation des langues représente par ailleurs la dernière étape nécessaire au lancement du jeu sur les marchés. Une fois les premiers dialogues achevés, une équipe composée de traducteurs et de spécialistes internes et externes se penche sur leur localisation. Avant même de s’attaquer directement à la traduction, les traducteurs spécialisés se plongent dans le jeu vidéo afin d’en découvrir la trame, l’univers, les personnages, pour garantir aux futurs joueurs du monde entier la meilleure immersion possible. Cela explique pourquoi la traduction subit de multiples modifications à mesure de l’avancement du projet. Permettre aux traducteurs de visionner des scènes du jeu, voire d’en tester la version démo, facilite leur travail et contribue grandement à améliorer la localisation. Grâce à l’immersion, ils sont en mesure de correctement traduire les éléments dans leur contexte, tout en gardant en permanence à l’esprit le ton juste à adopter. Avec l’aide d’experts en localisation, les traducteurs font ressortir les spécificités culturelles et garantissent ainsi une expérience de jeu fluide. Ce n’est que lorsque ce processus est achevé que les dialogues peuvent être sauvegardés. Vient ensuite le tour des doubleurs, qui tiendront compte des instructions de l’équipe de traduction, afin de cerner l’intention d’origine de chaque scène et la retransmettre correctement. En règle générale, cette étape de travail est la dernière avant la sortie d’un jeu. Le jeu Cyberpunk 2077 du studio CD Projekt Red illustre parfaitement le temps nécessaire à l’étape de localisation. Si les premières programmations avaient déjà été décidées vers 2012, le développement n’a réellement commencé qu’après la sortie du titanesque The Witcher 3 : Wild Hunt en 2015. Cyberpunk 277 étant finalement sorti en 2020, on peut donc en déduire que le processus de traduction et de localisation du jeu aura duré au moins cinq ans. D’après les informations d’un des quatre studios chinois de localisation, le jeu comprendrait quelque 100 000 lignes de dialogue, sans oublier le travail de synchronisation, qui a été pour ce jeu entre 15% et 20% plus important que pour The Witcher 3 (ses deux extensions Hearts of Stone et Blood and Wine incluses). Que vous ayez joué à ces jeux ou non, vous aurez maintenant probablement compris à quel point le travail de localisation pour Cyberpunk 2077 a dû être long.

Traducteur spécialisé en jeux vidéo : Un job de rêve ?

De nombreux passionnés de jeux vidéo ayant une certaine affinité avec les langues rêvent de devenir traducteurs de jeux vidéo. Après tout, qui ne serait pas emballé par un métier réunissant ses deux passions ?

Si c’est votre cas, sachez que vous devrez commencer par étudier la langue et la culture d’un pays afin d’en faire votre métier. Ce n’est qu’ensuite que vous pourrez vous spécialiser dans le secteur des jeux vidéo et de la localisation en vue d’assouvir votre passion. Une fois cette spécialisation acquise, vous pourrez soit travailler de manière fixe pour un développeur de jeux soit proposer vos services en tant qu’indépendant, ce qui demande un grand sens de l’organisation. La bonne nouvelle, c’est qu‘une traduction réussie passe impérativement par une expérience de jeu. Vous aurez donc le privilège de jouer au jeu à localiser en primeur. Cerise sur le gâteau, ce travail de recherche peut être considéré comme temps de travail rémunéré.